Лилит Мазикина (gipsylilya) wrote,
Лилит Мазикина
gipsylilya

А вот такое куда-нибудь годится?

Une petite fille – la peau basanée comme une vielle monnaie de cuivre –
passe la langue sur ses lèvres enflées, farineuses et séches de la fièvre.
Elle dit, en secouant sa poupée râpée: “Il n'y a pas de maman, dors, ma pauvre”.

La poupée est née pâle, mais maintenant, une fille de la fille, elle est brune.

Un homme blanc admire ces enfants, envie leur vie naturelle et libre,
sans papiers, sans horaires, sans cravates ou algèbres, non que ses journées funèbres.
Il explique: donner des livres à la fille, c'est mener à notre opprobre.

Je le regarde et vois dans ces mains nettes, aussi, une petite figurine.


Запись сделана с помощью m.livejournal.com.

Tags: мои стихи, пардон май френч
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 3 comments